Elizabeth Cochran Seaman, une vraie journaliste !

Élizabeth Cochran Seaman est une femme qui a beaucoup milité pour les droits des femmes à une époque où celles-ci n’avaient aucun droit et n’étaient pas considérées comme des personnes à part entière.

Elizabeth Cochran Seaman est née un 5 mai 1864, son nom ne vous dit peut-être rien.

Mais certainement vous connaissez probablement cette journaliste sous son nom de plume, Nellie Bly.

Native de Pennsylvanie elle est une jeune adolescente pleine d’entrain.

Elle a toujours voulu travailler et se faire une carrière.

Le père d’Elizabeth est mort quand elle était jeune.

La jeune fille fut alors obligé d’aidé sa mère à faire vivre ses 14 frères et sœurs.

Elizabeth n’aimait pas l’idée que les femmes devaient rester à la maison.

C’est ainsi qu’elle décide de prouver au monde entier qu’elle avait un rôle à jouer.

L’occasion lui est offerte de s’affranchir des préjugés.

En effet un jour paru dans le journal de Pittsburgh un article intitulé  » What Girls Are Good For, » (Ce que les filles peuvent faire).

Totalement bouleversée, Elizabeth écrit une lettre à l’éditeur.

Ce dernier, George Madden, impressionné par cet écrit lui demande d’écrire un article pour le journal.

Chose qu’elle fit avec beaucoup d’enthousiasme.

Lorsque Madden lu le papier il fut subjugué par la verve de la jeune fille.

Sans hésiter il offre à Elizabeth un poste permanent tout en lui octroyant le nom de plume, Nellie Bly.

Ses écrits sous ce pseudo, traitent des problèmes des femmes et de leurs droits.

Inimaginable pour l’époque et inhabituel.

En effet, les articles de l’époque destinés aux femmes portent plutôt sur la mode, la société ou les conseils de jardinage.

Elizabeth effectue souvent des enquêtes assez osées.

Sous couverture, elle voit de visu les mauvaises conditions dans lesquelles les femmes travaillent.

Mais après un certain temps, ses employeurs réticents à son travail, la recale sur les pages féminines.

Déçue, elle décide alors de quitter Pittsburgh pour New York.

Pour la jeune fille, la vie dans la grande ville est difficile au début.

Elizabeth est restée quatre mois sans travail.

Puis, elle réussie à trouver un emploi au journal New York World.

L’un de ses premiers papiers l’obligea à s’infiltrer dans un infâme hôpital psychiatrique.

Cet asile pour femmes se trouvait sur l’île de Blackwell, et chose étrange, aucune des personnes internées n’en est ressortie.

Par ailleurs, il n’y avait aucun moyen de connaître les conditions de vie de ces malheureuses pensionnaires.

Pourtant il y avait beaucoup de rumeurs sur les employés de cet hôpital de la honte.

On pressentait la maltraitance sur les patientes, mais personne n’osait les dénoncer.

Donc la courageuse Elizabeth Cochran Seaman, assuma la tâche la plus difficile de sa vie.

Heureusement qu’elle avait eu la promesse d’être libérée après 10 jours.

Seulement l’horrible réalité qu’elle découvrit dépassa de loin ce qu’elle avait imaginé.

L’asile renfermait deux fois plus de patientes que de places.

L’alimentation immonde se composait de pain sec non cuit, de bouillon fade.

De plus la maigre ration de viande était avariée, l’eau était sale.

D’énormes rats erraient dans les chambres et les couloirs.

Les conditions de vie sont invivables.

Si à l’arrivée les malades n’étaient que dépressives, le séjour dans cet hôpital suffisait à devenir fou.

Dans son expérience, Elizabeth rencontre des femmes qui n’étaient nullement folles.

Les pauvres sont seulement pauvres ou ne savent pas parler l’anglais.

Les patientes subissent des maltraitances injustifiables.

Par ailleurs elles utilisent l’eau glacée pour leur toilette.

Certains des médecins ont refusé de croire les patientes qui se plaignaient d’abus, allant même jusqu’à les punir.

D’autre part les femmes qui étaient malheureusement malades n’avaient pas les soins nécessaires.

Heureusement comme promis, un avocat est venu délivrer Elizabeth au bout des interminables10 jours d’enfer.

Ce séjour infernal dans l’ile de Blackwell, est le sujet d’un livre écrit par la jeune fille.

Il eu l’effet d’une bombe.

Conséquence directe de la parution de ce livre révolutionnaire d’Elizabeth,  » Ten Days in a Mad-House », (Dix jours passés dans un asile), le gouvernement prit en charge le dossier.

Il fut contraint de faire des changements.

Ces changements qu’Elizabeth elle-même a recommandé.

Grâce à cela la situation des patientes s’est largement améliorée.

Suite à ces événements, Elizabeth Cochran Seaman est devenue célèbre à travers tout le pays.

Ses importants articles ont aidé à changer les mentalités de la société.

Elle a continué à écrire dans des domaines auxquelles les femmes n’avaient précédemment aucune opinion.

Sa vie et son combat ont inspiré de nombreuses jeunes femmes.

Elle est morte suite à une attaque cérébrale en 1922 à l’âge de 57 ans.

Deux ans plus tôt, elle a eu l’immense satisfaction et la joie de voir les femme avoir enfin le droit de vote.

Une belle histoire d’une femme courageuse.