1 octobre 2020
La mer d'Aral asséchée, revit

La mer d’Aral, asséchée, revit enfin.

La mer d’Aral, ce grand lac salé situé en Asie Centrale ressuscite après une longue agonie.

En effet depuis quelques temps une spectaculaire transformation se déroule dans la région.

Heureusement que les hommes ont pris conscience de leurs terribles erreurs.

La mer d’Aral, était un véritable joyau de la nature, avant d’être asséchée par l’avidité des hommes.

A l’origine ce lac d’une surface de 67 000 kilomètres carrés, était alimenté par les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria.

Mais malheureusement dans les années 60, les Soviétiques détournent ces fleuves.

Afin de produire du coton en Ouzbékistan.

Conséquence directe de cette surexploitation fut l’assèchement de la mer d’Aral .

En fait, déjà en 2000, la surface de ce lac est réduite de moitié.

Dommage le paysage magnifique d’avant, laisse place au désert.

Le résultat est catastrophique:

Une vue post-apocalyptique avec un sol sec, des épaves de bateaux un peu partout.

La faune et la flore détruites, 28 espèces de poissons disparaissent, tuées par les pesticides.

En 50 ans, la mer d’Aral perd 90 % de son volume initial.

Malheureusement c’est le début de la plus grande catastrophe écologique du siècle dernier.

Heureusement qu’aujourd’hui il y a un espoir de revoir cette mer comme à l’origine.

C’est un véritable miracle qui est en train de se produire pour ce grand lac que partage le Kazakhstan et l’Ouzbékistan.

La principale raison, c’est indéniablement la construction d’un barrage.

La mer d’Aral commence à se régénérer.

Entre temps la nature trop malmenée pendant des années reprend ses droits.

Finalement en 4 ans, elle a regagné 30% de sa superficie, plus de 10milliards de mètres cubes d’eau et le retour d’une quinzaine d’espèces de poissons.

C’est une bonne nouvelle pour la planète, espérons que cela va durer et que ce lac reprenne ses droits et redevienne comme il était.

Un grand bravo pour ceux qui œuvrent dans l’espoir de réaliser ce miracle.

Une réflexion sur « La mer d’Aral, asséchée, revit enfin. »

Les commentaires sont fermés.